Hôtel de Ville : l’accueil fait peau neuve

Du 28 octobre au 4 novembre, l’accueil de la mairie se transformera pour offrir davantage de confort aux usagers.
L’accueil du public sera assuré dans les bureaux attenants de l’informatique, la zone d’attente restant inchangée.

Les 28 et 29-10 : démontage de l’existant en régie.
Les 30 et 31-10 : intervention des entreprises pour la mise en place de la nouvelle borne d’accueil, du nouveau mobilier et l’installation de cloisons vitrées.
Le lundi 4 novembre : derniers ajustements (branchements informatiques, essais…).

Positionnée à droite de l’entrée principale, la nouvelle banque d’accueil, aux formes arrondies, constituera une zone d’arrêt naturelle pour les visiteurs.
Moins haute que l’actuelle, elle sera plus adaptée et facilitera les échanges.

L’espace libéré permettra l’aménagement d’une seconde salle d’attente, le tout offrant plus de places assises qu’actuellement.

Visuellement, l’ambiance sera plus colorée et plus moderne, l’espace sera végétalisé.

Voir le plan ci-dessous

Lunéville passe à 30 !

Au 1er janvier 2020, la généralisation du 30 km/h sera effective en ville. Le 50 km/h ne concernera plus que les grands axes pénétrants (voir plan ci-dessous). La mise en place de cette mesure, approuvée en conseil municipal, doit permettre d’améliorer la cohabitation entre tous les usagers de la route, du piéton à la voiture, des deux-roues aux transports en commun.

Les automobilistes qui gagneront Lunéville à compter du 1er janvier 2020 devront changer leurs habitudes.
Ils pourront toujours rouler à 50 km/h dans les principales avenues menant au centre-ville (Général de Gaulle, 30e GC, Gerbéviller, Georges de la Tour, Europe, route d’Einville, rue de la Résistance, boulevard Pompidou, faubourg de Ménil, rue de la Pologne…), mais il faudra vite lever le pied ensuite. Le passage au 30 km/h a en effet été acté lors du conseil municipal du 10 octobre dernier.

L’objectif affiché est clair : le piéton aura toute sa place dans les zones 30. S’il ne peut circuler sur la chaussée (comme dans une zone 20 dite de rencontre), il pourra traverser sur les passages ‘cloutés’ comme en dehors ; mais dans ce dernier cas, il devra laisser la priorité aux voitures et donc attendre qu’il n’y ait plus de véhicules pour traverser. Et comme cela devrait toujours être le cas, les trottoirs lui seront strictement réservés ; les vélos, mobylettes, trottinettes électriques… doivent en effet utiliser exclusivement la chaussée. Les enfants en trottinette simple, accompagnés de leurs parents, pourront rester sur le trottoir.

Sur une route à sens unique, le cycliste pourra lui circuler dans les deux sens (article R110-2 du Code de la route) mais attention, il lui faudra respecter la priorité à droite !

Dans les semaines suivant la mise en place de la zone 30 élargie (voir la carte ci-dessous), des contrôles de vitesse seront diligentés par la Ville, de manière aléatoire. Attention aux grands excès de vitesse. Au-delà d’un excès supérieur à 50 km/h (c’est-à-dire un automobiliste roulant à 80 km/h et plus), 6 points seront retirés du permis de conduire, sans compter l’amende de 1500 €.
En cas d’excès de vitesse inférieur à 20 km/h (ex : 45 km/h au lieu de 30), la sanction sera de 90 € (si le paiement intervient dans les 15 jours), ajoutée à la perte d’un point sur le permis.
La municipalité sera vigilante sur le respect de la vitesse, à proximité des écoles ou dans les rues très fréquentées.

Trottinette électrique
Le gouvernement a prévu de modifier cet automne le Code de la route par décret afin de réglementer les déplacements en trottinette électrique (mais aussi en monoroues et autres gyropodes) :
– interdictions : rouler sur les trottoirs (135 € d’amende), rouler à plus de 20 km/h (90 à 1500 € d’amendes), transporter un ou des passagers (35 € d’amende), utiliser un écouteur ou casque audio (35 € d’amende) ;
– obligations : avoir au moins 12 ans, rouler sur pistes ou bandes cyclables (ou sur les routes limitées à 50 km/h et moins), tenir sa trottinette à la main sur le trottoir et sans faire usage du moteur, porter un vêtement ou équipement rétro-réfléchissant la nuit tombée ou lorsque la visibilité est faible, disposer d’un avertisseur sonore, de feux à l’avant et à l’arrière ; le port du casque n’est pas obligatoire mais recommandé.

 

 

Recrutement service civique

Quand ?
Dès maintenant
Durée :
10 mois / 24h par semaine

Mission :
– Appuyer le service jeunesse dans la mise en place d’activités collectives pour les ados.
– Participer à l’animation du foyer Ados à destination des 14-17 ans.
– Proposer des nouveaux lieux de sorties, accompagner les bénéficiaires lors des activités ou sorties.
– Participer au mieux vivre ensemble à travers les pratiques collectives.
– Participer à la réflexion menée par l’équipe pédagogique autour du service jeunesse, les améliorations éventuelles à apporter en fonction des besoins constatés et/ ou exprimés
– Relayer les actions du DRE (tutorat de jeunes, actions de remobilisation dans les situations de décrochage scolaire) sur les projets du service jeunesse et en lien avec les deux collèges du secteur par des rencontres avec les équipes pédagogiques et vie scolaire (dont les services civiques collège, lycée et DAIP) et en participant aux actions partenariales (Motiv’actions et Ecole ouverte notamment)
– Animer ponctuellement un espace numérique nouvellement ouvert : Le volontaire accueille les usagers, les installe sur un poste informatique, au besoin les aide à prendre en main le matériel pour leur permettre de gagner en autonomie, les assiste dans l’utilisation des services numériques des partenaires (CAF, Pôle emploi, etc.) les aide à accéder au site internet de la Commune notamment le portail famille, leur explique les manipulations pour naviguer sur Internet, les aide à imprimer ou enregistrer des documents, les accompagne dans la création de boites mails si nécessaire.

Le service civique est un interlocuteur privilégié entre l’animateur jeunesse,les adolescents et leurs familles. Principalement présent sur les lieux de vie des jeunes (écoles, collèges, espaces sportifs et culturels), sur des temps spécifiques (temps méridiens, fin d’après-midi, mercredi après-midi, samedi), il participe à l’écoute des besoins des jeunes pour une adaptation rapide des propositions individuelles et/ou collectives des professionnels.

Candidatez :
Pour poser votre candidature, CLIQUEZ ICI

Plus d’informations :
Fabien KOWALCZYK – 03 83 76 23 00

Travaux à venir au centre-ville

L’entreprise Thiriet TP va réaliser, du 28 au 30 octobre, des travaux de réfection de chaussée dans le centre-ville.
Ces travaux se dérouleront en plusieurs phases :

Phase 1 : lundi 28 octobre
La circulation de tous véhicules sera interdite rue Banaudon (entre la rue de la Brèche et la place Léopold) ainsi que sur la place Léopold (entre la rue Gambetta et la rue Banaudon). Des déviations seront mises en place à cet effet.
Circulation, stationnement et arrêt de tous véhicules seront interdits sur :
– la place Léopold (entre la rue Gambetta et la rue René Basset)
– la rue René Basset (entre la rue du Gal Leclerc et la place Léopold)
– la rue Banaudon (entre la rue du Gal Leclerc et la place Léopold).
Les véhicules stationnés depuis le dimanche soir pourront quitter la rue Banaudon le lundi matin avant 8h.

Cette phase de travaux, qui touche la rue Banaudon, a volontairement été planifiée un lundi pour limiter au maximum les désagréments causés aux commerçants et à leurs usagers.

Phase 2 : mardi 29 octobre
Circulation, stationnement et arrêt de tous véhicules seront interdits sur :
– la place Léopold (entre la rue Gambetta et la rue René Basset)
– la rue René Basset (entre la rue du Gal Leclerc et la place Léopold)

Sur la place Léopold, partie comprise entre la rue Gambetta et la rue Banaudon, la circulation de tous véhicules se fera dans le sens rue Banaudon vers la rue Gambetta.
Le marché sera maintenu pendant les travaux.

Phase 3 : mercredi 30 octobre
Circulation, stationnement et arrêt de tous véhicules seront interdits sur :
– la place Léopold (entre la rue Gambetta et la rue René Basset)
– la rue René Basset (entre la rue du Gal Leclerc et la place Léopold)

Sur la place Léopold (entre la rue Gambetta et la rue Banaudon), la circulation de tous véhicules se fera dans le sens inverse, de la rue Banaudon vers la rue Gambetta.

La circulation de tous véhicules sera par ailleurs interdite rue Gambetta, partie comprise entre la rue des Bosquets et la place Léopold. Le stationnement de tous véhicules sera interdit devant et en face du n°55 rue Gambetta afin de permettre aux camions bennes de manœuvrer pour faire demi-tour.

Remise de prix du concours des maisons fleuries

Vendredi 11 octobre, lors de la remise des prix du concours des maisons fleuries, les habitants de Lunéville ont été chaleureusement remerciés pour avoir contribué à l’obtention du label 4 fleurs grâce à la qualité du fleurissement sur les balcons et fenêtres, dans les jardins et potagers ainsi que sur les terrasses de café.

Galerie photos :

Stanislas : un itinéraire européen en son nom

Le 12 octobre dernier, la route paneuropéenne Stanislas a été portée sur les fonts baptismaux à la chapelle du Château, en présence d’élus et associations des villes de Leszno (Pologne), Zweibrücken (Allemagne), Wissembourg et Lunéville. Avec le développement touristique et économique en point de mire.

En signant en 2019 le traité d’Aix-la-Chapelle, le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merckel ont complété celui de la réconciliation, adopté en 1963 par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer à l’Elysée, en particulier dans le cadre du soutien aux régions frontalières.

Pour y associer les habitants, les Villes de Leszno, Zweibrücken, Lunéville, et dernièrement Wissembourg, en Alsace, se sont référées à l’histoire de la famille royale polonaise Leszczynski qui, par son itinérance à travers l’Europe, a tracé le chemin.

Né il y a trois cents ans à Lviv, en Ukraine, Stanislas Leszczynski a grandi à Leszno en Pologne. Il s’est lié d’amitié avec Charles XII qui lui a conféré la jouissance de sa principauté de Zweibrücken, en Allemagne. Devenu ensuite duc de Lorraine et de Bar, Stanislas rejoignit Lunéville en 1737, contribuant à l’établissement d’une paix durable dans nos régions transfrontalières – Palatinat, Sarre, Alsace, Lorraine – en soutenant culture, sciences et philosophie.

C’est dans cet esprit que la Charte « Sur la route de Stanislas » a été signée le 12. Les élus et leurs partenaires se déclarent prêts à soutenir l’idée de la mise en place d’une route paneuropéenne dédiée aux échanges, à l’économie et au tourisme. « Nous nous engageons, par nos conseils et nos actions, à encourager les bénévoles et à inviter à cet effet d’autres villes liées à Stanislas. Notre avenir est cette Europe commune des citoyens ! »

La Charte a été paraphée par les élus : Catherine Paillard (qui représentait Jacques Lamblin) pour Lunéville, Marold Wosnitza pour Zweibrücken et Adam Mytych pour Leszno. Mathieu Klein, président du Conseil départemental, a apposé également sa griffe ; le Département de Meurthe-et-Moselle, propriétaire du Château, est pleinement partie prenante dans le déploiement de cette route touristique.

Chacun des intervenants a rappelé l’empreinte indélébile de Stanislas dans sa cité, et le bâtisseur infatigable au service de la paix et des Lumières !

Exposition sur le patrimoine lunévillois
Plusieurs partenaires se sont mobilisées pour présenter le jour de la signature, et jusque fin octobre, une exposition trilingue sur le patrimoine lunévillois du XVIIIe siècle : costumes avec le Conservatoire des Broderies ; collection de pièces spécifiques avec les Amis de la faïence ancienne de Lunéville Saint-Clément ; créations ébénistes avec le lycée Boutet de Monvel.
Grâce à l’association Lunéville Château des Lumières, des rencontres pédagogiques seront organisées à destination des enfants et jeunes de 5 à 18 ans sur les thèmes de l’art de vivre au XVIIIe et les métiers d’art.

 

Lunéville décroche la 4e fleur !

C’est une excellente nouvelle pour Lunéville. Le 8 octobre, la commune a obtenu le label 4 fleurs des Villes et Villages Fleuris. Un objectif pour lequel les équipes œuvrent chaque jour depuis plusieurs années. Plus qu’une récompense, ce label est une reconnaissance des efforts réalisés par la Ville, en matière d’embellissement du cadre de vie et d’aménagements urbains durables et cohérents. C’est un atout supplémentaire pour le tourisme, renforçant l’image d’une ville belle, accueillante et respectueuse de son environnement.

Porteur de valeurs d’accueil et de solidarité depuis 60 ans, le label « Villes et Villages Fleuris » est bien plus qu’une distinction. Il témoigne d’une véritable qualité de vie ! Il s’obtient en évaluant le fleurissement et également la démarche environnementale et aussi la propreté, la gestion de l’urbanisme, le respect de la nature.

En mai dernier, la Ville envoyait son dossier de candidature en vue d’obtenir une 4ème fleur à apposer sur son panneau « Villes et Villages Fleuris ». 80 pages de photos et d’exposé sur ce qui est mis en œuvre depuis plusieurs années pour offrir le meilleur cadre de vie possible aux Lunévillois et attirer de nouveaux habitants.

Le jury national, venu le 7 août en visite à Lunéville, a donc examiné la commune sur bien des aspects, à savoir :

  • La motivation de la commune pour obtenir le label

Les membres du jury ont pu rencontrer et féliciter pour leur mobilisation les élus, notamment le maire Jacques Lamblin, sa 1ère adjointe Catherine Paillard et Catherine Laurain, déléguée aux espaces verts et à l’environnement ainsi que les équipes à l’œuvre tout au long de l’année. Ils ont apprécié la volonté forte de la commune d’obtenir ce label et la synergie de tous les services pour cet objectif commun.

  • L’animation et la promotion de la démarche

La Ville est très dynamique puisqu’elle propose, en lien avec ses partenaires, de nombreuses actions à destination des habitants (concours des maisons fleuries, jardins familiaux, portes ouvertes des serres…), des écoles (verger pédagogique, ateliers jardinage dans les établissements scolaires, sensibilisation au développement durable …), et aussi des touristes (fête des plantes, du potimarron ou de l’élevage, Foire grasse, Nuit des jardins de lumière…)

  • La richesse du patrimoine végétal, arboré et le fleurissement

2 200 arbres en ville, 300 hectares de forêt communale, plus de 50 000 plantes produites annuellement… des chiffres représentatifs de l’intérêt porté à la végétalisation de la commune.

  • La gestion environnementale

La préservation de la biodiversité, la réduction des consommations énergétiques, la préservation des ressources naturelles et la suppression des pesticides sont des pratiques évaluées par le label et déjà appliquées à Lunéville.

  • La qualité de l’espace public

Depuis plusieurs années, l’équipe municipale a réhabilité et requalifié plusieurs espaces en veillant à offrir une place importante à la nature et à homogénéiser le mobilier urbain (ex : places St-Rémy et St-Jacques, secteur gare, Jardin Simone et Antoine Veil). Des économies d’énergie importantes ont aussi été réalisées dans le cadre de l’éclairage public.

Ce 8 octobre, le CNVVF (Conseil National des Villes et Villages Fleuris) a délibéré et décidé d’attribuer une 4ème fleur à la Ville de Lunéville qui devient ainsi la 4ème commune à obtenir ce label en Meurthe-et-Moselle ! À travers cette récompense, ce sont toutes les équipes de la ville qui sont mises à l’honneur pour leur investissement quotidien et sans relâche.

Le projet commun et concret de décrocher cette 4ème fleur a créé une véritable dynamique au sein de l’ensemble des services municipaux. D’autres acteurs se sont eux aussi engagés à leurs côtés : le Conseil Départemental, propriétaire du château, très impliqué dans la démarche, les associations, les écoles, ainsi que les habitants ont contribué à cette réussite.

Pour Lunéville, obtenir cette prestigieuse distinction est bien plus qu’une récompense pour la qualité d’un ensemble de réalisations. C’est un encouragement, une invitation à continuer dans une direction bénéfique à notre cité, à ceux qui y vivent, à ceux qui la découvrent. Et sans aucun doute un atout supplémentaire pour ceux qui réfléchissent à venir s’y installer.

VAH : la convention a été signée

En avril 2019, la Ville obtenait la reconnaissance du Ministère de la Culture en décrochant le label Ville d’Art et d’Histoire.

Le 8 octobre 2019,  la convention entre l’Etat et la Ville a été officiellement signée.

Devant plusieurs élus et responsables d’associations locales, représentant la culture et le patrimoine, le maire de Lunéville a rappelé que « pour nous, ce n’était pas un aboutissement mais le début d’une belle aventure. »

« On doit s’engager dans la durée, pour le respect et la mise en valeur de notre patrimoine, en menant aussi des actions pédagogiques auprès de la population. » Et le premier magistrat de la commune de citer, en exemple, ce que propose La Méridienne – Théâtre de Lunéville.

Pour Irène Jornet, représentant la DRAC Grand Est, « c’est le commencement d’un long partenariat qui va durer dix ans et qui verra prochainement le recrutement d’un animateur de l’architecture et du patrimoine. »

Avant les signatures, Matthieu Blet, sous-préfet de Lunéville, a exprimé son enthousiasme, rappelant que Lunéville était la première commune de Meurthe-et-Moselle à obtenir ce label. « En arrivant ici, j’ai découvert une très belle ville avec une remarquable qualité architecturale. La dynamique qui a été enclenchée depuis plusieurs années maintenant va pouvoir se poursuivre.  » Et le sous-préfet de rappeler, à ce titre, le dispositif Action Cœur de Ville qui permet de mobiliser des moyens supplémentaires pour des projets ciblés et la route Stanislas (projet touristique sur les traces du dernier duc de Lorraine, de Lunéville à Leszno, en Pologne).

Ma santé, pas sans mon avis !

Les partenaires du projet local de santé vous proposent de découvrir directement le projet en participant à 4 réunions publiques thématiques, correspondants aux 4 axes de travail du projet.

Vous êtes ainsi convié à participer aux réunions publiques qui se tiendront bientôt sur notre territoire :

Le Lundi 23 septembre à 18h30 à la salle des fêtes de GERBEVILLER – « Un projet en faveur de l’accès aux soins »

Le Mardi 24 septembre à 18h30 à la salle des fêtes de BACCARAT – « Un projet pour mieux accompagner et réduire les situations de dépendance »

Le Mercredi 25 septembre à 18h30 à la salle des fêtes « Marché Couvert » à CIREY-SUR-VEZOUZE – « Un projet pour une meilleure prévention en santé »

Le Jeudi 26 septembre à 18h30 à la salle « Mirabelle » (Salle le Familial) à EINVILLE-AU-JARD – « un projet pour améliorer la prise en charge des problématiques en santé mentale »

Ces réunions vous permettront d’en apprendre plus sur ce qui sera bientôt mis en place sur le territoire. Ce sera aussi une nouvelle occasion, pour vous, de partager votre ressenti et d’apporter vos idées au projet.

Pour conclure chaque réunion publique, un moment de convivialité autour d’un buffet sera organisé et vous permettra de poursuivre les échanges avec ceux qui contribuent au bien-être de notre territoire.

 

Pour tout renseignement complémentaire contactez :
Géraud COUSTANS
Coordonnateur au Contrat Local de Santé pour le Pays du Lunévillois
03.83.77.61.64

Affiche Episode 2